femme prenant une photo

Des photographes professionnels vous révèlent leurs secrets

Vous peinez à prendre de belles photos pour votre communication digitale ? Laissez-vous guider par cet article qui vous révèlera tous les secrets d’une belle photo.

Composition, éclairage, matériel et accessoires, logiciels de retouche Open Source, découvrez tous les secrets pour communiquer comme un professionnel au travers de photographies propriétaires, uniques et de qualité.

Cet article s’adresse essentiellement à vous si vous avez ou pensez acquérir un appareil photo numérique. Pour les autres, pas de panique, vous trouverez également dans cet article des conseils pour sublimer vos photos ainsi qu’une liste d’applications de retouches photos Freemium pour Smartphones.

3 photographes professionnels ont accepté de révéler leurs secrets, découvrez leurs  superbes photos en visitant leurs comptes Instagram et Facebook ainsi que leurs sites web.

Gilles Auteroche

Passionné par la photographie, Gilles Auteroche pratique la photo noir et blanc et couleur auprès d’entreprises privées et publiques (corporate, culinaire, immobilier, reportage photo, industrie, produit, vignoble et artisanat).

Résident à Narbonne, Gilles intervient et expose dans la France entière.

Sandrine Boarqueiro-Verdun

Perfectionniste, Sandrine Boarqueiro-Verdun est photographe professionnelle et spécialiste digital learning.

Elle allie avec talent et passion l’art et la pédagogie. Basée à Narbonne, elle pratique la photographie reportage auprès de structures professionnelles privées et publiques.

Aurélien Vialatte

Passionné de sports automobiles, Aurélien Vialatte est diplômé de l’ESMA, école de photographie de Montpellier.

Résidant dans le Sud de la France, Aurélien exerce dans le monde entier.

         

Le matériel 

Smartphone ou appareil photo numérique (APN)?

Indéniablement, l’APN vous offrira de bien plus belles photos qu’un Smartphone, bien que ces derniers deviennent de plus en plus performants.

Un APN vous permettra de « jouer » avec les perspectives, créer des bokehs (ou flous d’arrière-plan) et de réaliser des clichés pour un usage polyvalent.

Pour Aurélien Vialatte, il est indispensable de se doter d’un appareil photo numérique pour prendre de belles photos. En effet, la qualité du capteur garantit des photos de qualité non détériorées à la retouche. Les réglages (vitesse, ouverture) permettront de figer une action et de créer des bokehs isolant le sujet.

Pour Gilles Auteroche, un appareil photo numérique Reflex ou Hybride vous garantira un rendu professionnel adapté à toutes les utilisations. En effet, leur puissant capteur permet de réaliser des tirages grands formats, mais également des clichés de qualité pour les bannières et en-tête web.

Néanmoins, pour une communication strictement digitale, un Smartphone avec un bon capteur peut convenir dans 80% des cas. Il faut alors veiller au respect de la lumière, idéalement naturelle et à l’angle de la prise de vue (cadrage, composition).

Pratiquant la photo reportage, Sandrine Boarqueiro-Verdun se munit toujours de son réflex et de son Smartphone.

Bien que la qualité des photos prises avec un Reflex supplantent grandement et indéniablement la qualité de photo Smartphone, le Smartphone permet de publier instantanément des photos sur les réseaux sociaux.

Les accessoires

Pour prendre des photos dignes d’un professionnel, il est parfois nécessaire d’investir dans des accessoires.

Liste des principaux accessoires pour Smartphones et APN

Focus sur la mire, accessoire d’aide colorimétrique, qui se positionne à côté du sujet à photographier. C’est un accessoire idéal à utiliser en photographie culinaire.

 

Notre recommandation : le trépied et les objectifs pour APN et Smartphones.

         

Pour Aurélien Vialatte, les accessoires indispensables sont : une carte mémoire de grande capacité, un filtre polarisant, un flash, un ordinateur et un sac photo permettant de stocker en toute sécurité ses boitiers et objectifs. Lors de ses déplacements professionnels, le sac photo d’Aurélien peut contenir jusqu’à 14 kg d’équipements !

Son conseil : conserver le pare-soleil installé, bien pratique pour protéger l’objectif en cas de choc. Le trépied est un accessoire indispensable pour les photos de nuit et toute scène nécessitant une longue exposition.

Gilles Auteroche, photographe polyvalent, utilise principalement le trépied pour les photos immobilières, et la mire pour les photos culinaires.

En extérieur, Gilles recommande les filtres polarisants et gris neutre.

Pour la photo studio, une multitude d’accessoires peut être requise : les flashs, les parapluies, les miroirs, les réflecteurs ou encore les softboxes.

Sandrine Boarqueiro-Verdun utilise le trépied monopode pour ses reportages sportifs, et se munie toujours de plusieurs objectifs. Elle utilise principalement un objectif 35mm pour la photographie reportage « généraliste », et des objectifs 18-105 et 55-300mm pour les reportages dits « sensibles » (reportages sur des pompiers en interventions, meetings politiques…), afin de ne pas interférer dans l’activité des sujets ou pour privilégier les clichés « naturels ».

Pour des photos en soirée ou dans des lieux confinés, Sandrine aime privilégier des sources de lumière autre que le flash, comme par exemple des spots de chantier ou des bâtons de lumière Led pour créer des clichés originaux et artistiques. Et si vous n’avez pas de trépied, votre environnement vous fournira certainement des murets, barrières, ou toute autre forme d’appui pour votre boitier.

La composition

En photographie, la règle des 2/3 1/3 s’applique. Pour la respecter, placer les sujets aux points de croisement (voir l’illustration ci-dessous).

Il est conseillé aux débutants en photographie de prendre des plans larges qui seront ensuite redimensionnés pour respecter cette règle.

Selon Aurélien Vialatte, dans 90% des cas, placer le sujet aux croisements des intersections permet d’améliorer la lisibilité et l’esthétique de la photo.

Gilles Auteroche recommande d’utiliser la règle de composition de base des 2/3 1/3, mais recommande également de ne pas hésiter à sortir de ce cadre pour créer des photos originales. Pensez donc à jouer avec les symétries, les contre-jours ou encore les gros plans. Détail très important auquel on ne pense pas toujours : l’horizon ! Veillez donc à ce que la ligne d’horizon de vos photos soit parfaitement droites.

Pour des photos de portrait dynamiques, avec présence du buste en plus du visage, veillez à ne pas couper le mouvement des mains.

Sandrine Boarqueiro-Verdun utilise également la règle des 2/3 1/3 pour composer ses photos grand angle, avec une grande profondeur de champ. Néanmoins, elle conseille de passer outre pour les photos en gros plans.

Le cheminement visuel 

Le regard suit un cheminement de haut en bas et de gauche à droite.

Selon Aurélien Vialatte, le cheminement visuel est à prendre en considération pour les photos reportage, les mises en scène de produits, ou toute photographie dite « statique ». Il ne s’applique pas à la photographie sportive.

Pour Gilles Auteroche, dans la plupart des cas, le cheminement visuel s’applique naturellement lorsque la règle des 2/3 1/3 est respectée.

Sandrine Boarqueiro-Verdun recommande de recourir au cheminement visuel pour assurer la compréhension d’une photo et pour veiller à l’absence d’élément perturbateur qui pourrait nuire à sa lecture (exemple : une canalisation ou une ombre).

L’éclairage

Jouez avec les ombres et les lumières. Les meilleures heures de la journée pour prendre des photos sont l’aube et le crépuscule. Chaque saison influe également sur la luminosité ; en été, elle sera plus chaude qu’en hiver.

La « Golden hour » d’Aurélien Vialatte est à 19h au printemps. C’est la saison idéale pour saisir des clichés aux couleurs chaudes grâces aux teintes rouges, jaunes et orangées qu’offre un coucher de soleil. C’est également la saison idéale pour prendre des photos par temps orageux qui donneront une atmosphère particulière à vos photos.

Pour Gilles Auteroche qui pratique en plus de la photo en extérieur la photo studio, jouer avec la lumière est essentielle à la mise en valeur du sujet. Pour les photos en extérieur, évitez évidemment les prises de vues lors de l’équinoxe où la lumière dure risque de « cramer » votre photo.

Mettez en valeur votre sujet en l’éclairant partiellement, expérimentez les prises de vues en contre-jour, jouez avec la lumière naturelle, les contrastes.

Sandrine Boarqueiro-Verdun privilégie les couleurs douces du lever de soleil et confirme la nécessité de ne pas prendre de photos à partir de 11h00, où la lumière devient trop forte et risque de « cramer » vos clichés.

La perspective

photographie de tonneaux de vins en perspective

Les conseils d’Aurélien Vialatte pour réaliser de belles perspectives : décentraliser le sujet.

Prenez la photo au raz du sol et apprenez à jouer avec les éléments du paysage pour créer des perspectives (exemples : les routes, les barrières)

La profondeur de champ

 

Jouer avec la profondeur du champ permet d’influer sur la zone de netteté. Ici, une grande profondeur de champs permet de mettre en valeur l’arrière-plan.

Le conseil d’Aurélien Vialatte, si vous avez un objectif à focale fixe : pour créer de beaux bokehs, misez a contrario sur une grande ouverture pour obtenir une faible profondeur de champ.

Le conseil de Gilles Auteroche, jouez avec les profondeurs de champs pour mettre en valeur votre sujet. Si le sujet est au premier plan, pour des macro, privilégiez une faible profondeur de champs. Si vous prenez en photo un paysage, privilégiez une grande ouverture de champ. Mais encore une fois, ces conseils ne font pas office de règle universelle. La mise au point sur un détail du sujet peut générer un beau rendu.

Lors de ses reportages photo, Sandrine Boarqueiro-Verdun n’hésite pas, tel un vidéaste, à s’approcher progressivement de son sujet et diminuer ainsi progressivement à mesure de son avancée la profondeur de champ.

Les contrastes

Jouer avec les contrastes permet de faire ressortir un élément. Ici, un exemple d’élément en rose (ton chaud), mis en valeur par contraste avec le feuillage vert (ton froid).

L’arrière-plan flou (ou bokeh) permet également d’isoler et mettre en valeur un élément.

Le secret d’Aurélien Vialatte pour de belles photos : jouer avec les contrastes. Shooter au crépuscule permet de mettre en valeur les contours du sujet, de le faire ressortir sur un arrière plan aux couleurs chaudes.

Gilles Auteroche affectionne tout particulièrement les photos en noir et blanc. Dès lors, ses clichés mettent en valeurs les contrastes, jouent avec les niveaux de gris pour des rendus originaux et de qualité.

Pour la couleur, Gilles recommande d’utiliser les cercles de couleurs chromatiques.

Le cercle chromatique permet d’associer des couleurs complémentaires et opposées, notamment pour créer des contrastes.

Sandrine Boarqueiro-Verdun a massivement recours aux contrastes pour sublimer ses photos, qu’elles soient en couleurs ou en noir et blanc.

Pour les photos couleurs, faire ressortir une couleur forte ou utiliser des couleurs à fort contraste permet de sublimer le sujet.

De même, l’usage de couleurs chaudes ou vintage permet de renforcer la personnalité d’une photo et de créer des émotions.

Sortir du mode auto

Pour sortir du mode auto lors de l’utilisation de votre APN, vous devez maîtriser ces 3 notions de base :

  • La sensibilité ISO : sensibilité à la lumière
  • L’ouverture : quantification de la lumière qui atteint le capteur
  • La vitesse d’obturation : durée d’exposition. Elle permet de figer un mouvement

Pourquoi cette présentation en triangle ? Car modifier une priorité, que ce soit l’ouverture, la vitesse ou les ISO impacte les deux autres.

 

Petit truc pour comprendre le principe de l’ouverture : le diaphragme de votre APN fonctionne comme la pupille de votre œil. Face à une forte luminosité, elle se rétracte. À contrario, elle se dilate lorsque la luminosité faiblit.

Tester et ajuster. Prendre le cliché idéal peut prendre du temps.

Pour Aurélien Vialatte, certaines situations, comme les photos de nuit nécessitent de sortir du mode auto. De même, figer un mouvement nécessitera d’adapter le temps d’exposition (priorité vitesse) pour que le sujet reste net.

Mais attention, lors de la prise de photos de nuit ou de photos d’actions, sachez qu’augmenter le temps d’exposition augmente également l’ouverture et donc la luminosité. Trouvez le juste équilibre pour ne pas « cramer » vos clichés.

Augmenter l’ISO diminue la qualité de vos photos. Aurélien vous déconseille de modifier les paramètres ISO de votre APN.

La pratique permet de maîtriser le temps d’exposition et l’ouverture. Bien plus aisée en studio où des bases en termes de réglages s’appliquent, elle nécessite une adaptation constante lors de prises de vue en « outdoor ».

Gilles Auteroche vous conseille pour débuter de vous focaliser sur une seule priorité, idéalement la priorité ouverture (la priorité vitesse étant réservée aux sujets en mouvement).

Concernant les ISO, Gilles recommande de les régler au minimum. Seules les expositions particulières (crépuscule, photo en intérieur sombre), justifient d’augmenter les ISO. Un réglage ISO trop élevé risque de créer un bruit (appelé grain en argentique) sur vos clichés.


Pour faciliter la prise en main de votre boitier en mode auto ou semi auto, Gilles vous recommande de prendre connaissance de tutoriels sur le web ou dans des livres dédiés à la photographie. Pour que vous soyez plus rapidement opérationnel, il vous recommande la prise de cours auprès de photographes professionnels.

Pour sortir du mode auto, Sandrine Boarqueiro-Verdun recommande également de se former auprès de photographes professionnels, chevronnés de votre domaine de prédilection (sport, photographie culinaire, photo reportage, paysages, portraits…).

Ensuite, le meilleur enseignement reste la pratique. Prenez des clichés, regardez les paramètres utilisés dans votre logiciel de retouche photo, prenez des notes, expérimentez à nouveau. Commencez par vous initiez aux priorités vitesse et ouverture, puis expérimentez les réglages ISO. Par temps clair et lumineux, commencez avec un réglage à 100 ou 200 ISO, puis augmentez les ISO au fur et à mesure que la luminosité s’assombrit.

Les APN puissants permettent d’augmenter les ISO sans risque de créer du « bruit ». Sandrine a par exemple réglé ses ISO à 51.200 (!) lors d’une prise de vue d’un incendie dans la pénombre à une distance de 500 m et avec trépied sans que la qualité de sa photo soit détériorée. Elle a ensuite progressivement diminué ses ISO jusqu’à 6400. (N.D.A : à ne pas tenter avec votre appareil photo, sauf si vous êtes un photographe chevronné et avez le matériel adéquat !)

Et toujours, garder à l’esprit que le réglage dépend du type de photo (nature morte, foule, sport…) et de l’environnement de la prise de vue (luminosité, exposition).

Quelques conseils

Veillez à la lisibilité et à la compréhension de votre photo.

Le conseil d’Aurélien Vialatte : « s’inspirer mais ne pas copier ». De même qu’un peintre, un photographe se doit de définir son style distinctif et garder une continuité dans son travail.

Le conseil de Gilles Auteroche : tournez autour de votre sujet pour apprendre à le maîtriser et à le sublimer. La pratique est le meilleur exercice.

Sandrine Boarqueiro-Verdun vous conseille de lire des ouvrages de photographie et d’apprendre à « lire » vos photos. Respectent-t-elles les règles de base ? Sont-elles techniquement de qualité ? Ne pas oublier également que la photo est une pratique artistique dont la perception reste subjective. Montrez vos clichés pour avis, partage et échange de bonnes pratiques.

Veillez également à la bonne mise au point (autofocus). Par exemple, si vous prenez un portrait de ¾ en photo et souhaitez mettre en évidence le regard, effectuez la mise au point sur l’œil le plus proche de vous grâce aux « collimateurs » présents dans le viseur (les petits carrés dans le schéma ci-dessous).

Viseur appareil photo numérique mise au point

Généralement, avec les réglages standards, le collimateur permettant la mise au point est le carré central.

La photographie en communication digitale : pour quels usages ?

La photographie en communication digitale est destinée à différents usages :

  •  La photo de portrait pour vos réseaux sociaux et sections « à propos » de vos sites web et blog
  • La mise en situation de produits
  • Les coulisses de votre entreprise
  • Les photos avant / après
  • La couverture événements (inaugurations, concours, événement corporate, etc.)

En communication digitale, la photo a autant si ce n’est plus d’importance que vos publications textuelles. Soignez donc vos photos, apprenez à travers elle à diffuser des messages et des émotions. Veillez à y apposer votre empreinte, qu’elle soit le relais de votre image de marque.

Les clés d’une bonne photo pour le web

Lisible et compréhensive

Les clés d’une bonne photo pour le web ne diffèrent pas des règles à suivre pour une bonne photo pour le print. La composition, la lisibilité, la profondeur… Toutes ces règles sont à appliquer si vous voulez distinguer votre communication digitale avec de belles photos propriétaires.

 

Représentative

Le message diffusé par votre photo doit être en ligne avec votre image de marque (voir l’article créez votre identité graphique pour en savoir plus).

 

Suscitant l’émotion

Mettre en scène des individus vous permettra de générer d’avantage d’émotions.

Au bon format (taille et dimensions)

 

La règle des 2/3 s’applique également sur le web, sauf cas particuliers (exemples des stories ou publications Instagram).

Sur votre site Internet, pour ne pas nuire aux performances, choisissez un format léger type WebP et lors de la prise de vue réglez les paramètres de qualité de prise de vue du boitier de votre appareil, exemple : « JPEG Normal ».

Les logiciels de retouche (gratuits)

Photofiltre et GIMP sont les deux meilleures alternatives à Photoshop. Ils sont légers et simple d’utilisation.

Côté éditeur en ligne, Photopea vous permettra de retoucher vos photos.

Ces trois logiciels vous fourniront moins de fonctionnalités que les logiciels de la suite Adobe, mais ils suffiront largement à un usage marketing ou aux photographes débutants.

De plus, ils ont l’avantage d’être gratuits et plus facilement maniables. 

 

Photofiltre

Photofiltre est idéal pour les retouches de bases (contraste, luminosité, détourage, retouches simples…). L’interface est simple d’utilisation et la prise en main rapide.

GIMP

GIMP, considéré comme la référence des logiciels de retouche gratuits, vous fournira des fonctionnalités avancées similaires à ce que propose Photoshop. Pour les novices, GIMP nécessite un temps de prise en main pour en exploiter tout le potentiel. Vous trouverez des tutoriels sur le web.

Photopea

Vous avez également l’éditeur en ligne Photopea, très complet et gratuit, qui a l’avantage de ne pas nécessiter d’installation en local.

Et les pros, ils utilisent quels outils ?

Aurélien Vialatte, Gilles Auteroche et Sandrine Boarqueiro-Verdun  utilisent LightRoom et Photoshop, logiciels propriétaires de la suite Adobe.

 
 

Les applications de retouches photos pour les inconditionnels de Smartphones

Voici une liste d’applications de retouches photos sur mobile utilisables en version Freemium qui vous permettra d’exploiter diverses fonctionnalités pour sublimer vos photos :

  • PS Express
  • Photoshop Mix
  • Lightroom
  • Pixaloop
  • Quickshot

Pour exploiter l’intégralité des fonctionnalités, il vous faudra souscrire un abonnement Premium.

 

Que retenir ?

Une bonne photo est avant tout lisible et compréhensive. Que ce soit pour un usage web ou print, les mêmes règles de composition s’appliquent. Veillez à imposer votre style, et vous vous démarquerez, avec un peu d’entraînement, avec de superbes photos qui auront l’avantage d’être uniques !

Le conseil d’Aurélien Vialatte, toujours avoir avec soi un appareil photo !

Rien de plus frustrant que d’être face à une superbe scène et ne pas pourvoir immortaliser l’instant 🙂

Sa conclusion : « Un bon photographe doit savoir sublimer le cadre, le sujet qui s’offre à son objectif ».

Le conseil de Gilles Auteroche : « s’adapter et expérimenter ! »

Il ne faut pas hésiter à trier et jeter les photos que vous n’utiliserez pas, celles en doublons notamment, afin de ne pas surcharger vos serveurs et disques durs.

Pour les photographes amateurs, il est essentiel que vous preniez plaisir à la photographie. Cela se ressentira sur vos prise de vue et améliorera la qualité de vos photos. N’hésitez pas à vous inspirer de professionnels en consultant leur travail, et en vous rendant à des expositions photos. Apprenez, comparez et inspirez vous !

De plus, pourquoi ne pas penser à imprimer et encadrer vos plus beaux clichés ?

Le conseil de Sandrine Boarqueiro-Verdun : « apprendre à créer de l’émotion sur des sujets a priori ordinaires » comme par exemple la vigne.

La photographie permet de s’immerger dans des univers très hétéroclite, de ne faire plus qu’un avec eux (le sport, les pompier, la vigne, la politique, la musique…), et sublime les relations humaines. C’est ce qui en fait toute sa magie.

Un grand merci à Gilles, Sandrine et Aurélien pour le partage de leur expertise qui amèneront, je n’en doute pas, plus d’un à s’initier à la photo ou (comme moi), à s’y ré-initier à nouveau avec plaisir et passion !

One thought to “Comment faire de belles photos pour le web ?”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :